Changer de bocal pour
Changer la société

Etre ou paraître?

Démocratie ou maquillage?

"Les choses ne sont point ce qu'elles sont, mais ce qu'elles paraissent être."
Baltasar Gracian (1647), écrivain et essayiste jésuite.

Résumé

La plupart des régimes se disent démocratiques parce que les citoyens ont le droit de vote. C'était le cas de la France depuis la Révolution alors même que ce droit de vote n'a été accordé aux femmes qu'en 1944 et appliqué en 1945. Jusqu'en 1944 la France n'était qu'un régime démocratique... à moitié!

Mais la véritable démocratie ne se résume pas à un droit d'abandonner son pouvoir par un bulletin de vote; c'est la possibilité pour le citoyen de pouvoir participer aux décisions qui concerne la gestion de son pays et qui ont des incidences sur sa vie. Or le citoyen ne peut ni voter les lois ni donner son avis. Il n'a aucun contrôle sur les élus, lesquels ne le représentent même pas. Par contre, il doit subir les décisions prises par les gouvernants, payer sans discuter les impôts, les taxes et autres cotisations qui lui sont prescrits.

La démocratie n'est qu'un mot creux, un maquillage avantageux pour un régime qui n'est autre qu'une oligarchie c'est à dire un gouvernement de la multitude par un petit nombre qui détient le pouvoir à son profit.

 

Définitions selon Larousse

Etre: indique l'existence d'une personne, la réalité ou la vérité d'une chose.

Paraître: Se faire remarquer intentionnellement, se donner en spectacle, briller (à l'infinitif surtout): Le désir de paraître. Donner l'impression d'être; sembler.


Démocratie ou pas démocratie?

Appliquons ces définitions à notre système politique que nous appelons couramment démocratie. Est-il vraiment une démocratie? ou paraît-il seulement l'être?

P'têtre ben qu'oui...

La Constitution nous dit, en son article 2, que le principe de la République est: "gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple"; ce qui correspond aussi à la définition habituellement admise pour la démocratie. Nous en déduisons immédiatement que notre République est une démocratie.

Mais p'têtre ben que plutôt non...

Car dès son article 2, la Constitution se contredit déjà en affirmant que "La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum".

Ah??? Ce n'est déjà plus le gouvernement par le peuple alors? puisqu'il faut déjà passer par des représentants!!!

Puis la Constitution détaille la façon dont ces représentants sont élus et comment ils doivent exercer leur mandat. Elle précise en son article 26 que pendant l'exercice de son mandat, le parlementaire est intouchable (sauf... "en cas de crime ou délit flagrant ou de condamnation définitive").

L'article 27 ajoute que "Tout mandat impératif est nul. Le droit de vote des membres du Parlement est personnel".

Ce qui veut dire que les parlementaires votent en leur âme et conscience, pas en fonction de leur mandat, et n'ont aucun compte à rendre à leurs électeurs. S'ils devaient agir en mandataires du peuple auquel il rendraient des comptes nous serions dans le cadre d'un mandat impératif. Or la Constitution l'interdit!!!
On notera que ce principe était déjà clairement énoncé, lors de la première Constitution de 1791, par l'abbé Sieyès, l'un de ses principaux rédacteurs.

Si les représentants n'ont aucun compte à rendre, alors le gouvernement n'est pas davantage un gouvernement pour le peuple, mais pour les représentants eux-mêmes!

Puisque la souveraineté nationale ne peut être exercée directement par le peuple mais seulement par des représentants qui peuvent agir indépendamment du peuple, ce n'est plus tel qu'annoncé, le peuple qui gouverne pour le peuple. Peut-on alors continuer à parler de démocratie (= pouvoir du peuple)? Au mieux serions-nous dans une démocratie représentative, mais encore...

 

Une Assemblée Nationale représentative de qui?

L'organe du système politique qui est censé être le plus représentatif du peuple est l'Assemblée Nationale. Or...

Les ouvriers et les employés représentent plus de 50% de la population.
A l'Assemblée Nationale ils ne sont que 1,9%.

Les cadres supérieurs représentent 16% de la population.
A l'Assemblée Nationale ils sont 81%

 

Un référendum paraît être démocratique. L'est-il vraiment?

Le recours au référendum pourrait être considéré comme étant un comportement démocratique puisqu'il paraît donner la parole à tout le corps électoral. Malheureusement, dans la société actuelle, il ne peut être proposé que par le Président de la République ou, sous beaucoup de conditions, à la demande d'un cinquième des parlementaires. En aucun cas il ne peut être à l'initiative des citoyens. C'est le Président qui choisit le sujet. C'est lui qui dicte la question et c'est lui qui choisit la façon de la poser en espérant obtenir une majorité de réponses OUI. Car s'il estimait que la majorité des réponses fût NON, alors, tout simplement, il ne poserait aucune question par référendum.

Donc, tel qu'utilisé, le référendum ne peut pas être un élément de démocratie. Il ne s'agit que d'un plébiscite visant à conforter le Président et son gouvernement dans son action et ses projets.

Pourtant, un référendum pourrait être un outil très démocratique. Pour qu'il réponde aux aspirations du peuple il suffirait qu'il soit proposé à l'initiative du peuple et non à l'initiative de nos gouvernants. C'est de cette manière qu'il est utilisé avec succès chez nos voisins Suisses qui ne le nomment pas référendum mais votation. Voir la page consacrée au référendum.

 

Le gouvernement est-il démocratique?

Les membres du gouvernement ne sont pas élus, mais choisis par le Président et le premier ministre.

Sont également nommés:
---> l
'ensemble des représentants de l'appareil judiciaire,
---> les préfets,
---> l'armée,
---> la police,

---> l'ensemble des administrations dont les hauts fonctionnaires.

Nommés et non élus, tous ces gouvernants qui représentent le pouvoir, chacun à leur niveau, ne peuvent donc pas prétendre agir pour le peuple et encore moins le représenter. Le qualificatif de démocratique dont s'entourent leurs fonctions n'est que vernis et maquillage d'un régime dont le vrai nom est Oligarchie.

L'oligarchie est un système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d'individus constituant l'élite intellectuelle (aristocratie) et/ou la minorité possédante (ploutocratie).

C'est bien le cas de notre système politique qui paraît être une démocratie mais qui n'en a que les apparences.

 

Oligarchie: gouvernement par une élite
Oligarchie

 

Ploutocratie: gouvernement par les riches
Ploutocratie

Terrorisme et actions de l'Etat

Il convient, en tout premier lieu et sans ambiguité, de condamner les attentats et tous les actes de terrorisme qui sont perpétrés en France comme en tout lieu sur la planète. Il convient ensuite d'analyser les raisons de ces actions terroristes et la façon dont elles sont traitées par l'Etat.

Une chose est frappante: Chaque attentat est toujours suivi de l'annonce

  • du renforcement de la sécurité,
  • de la proclamation ou de la reconduite de l'état d'urgence,
  • puis d'une vague d'arrestations.

Ces comportements de l'Etat visent en tout premier lieu à restaurer la confiance des citoyens en leur système de protection. Mais à la réflexion, le citoyen est amené à se poser les questions suivantes:

  • Pourquoi le renforcement de la sécurité vient-il toujours après et pas avant?
  • Pourquoi les arrestations viennent-elles toujours après et pas avant?

Car l'identité des individus arrêtés aussitôt après ne sort pas subitement d'un chapeau de prestidigitateur. Ces individus sont connus des services de Police. Ou alors les services du renseignement deviendraient tout-à-coup performants, dopés par l'attentat qui vient de se produire? Evidemment non. Deux hypothèses de conclusion s'imposent:

  • Ou bien les arrestations après coup étaient possibles avant et on aurait pu éviter les carnages.
  • Ou bien le renforcement de la sécurité et les arrestations qui suivent ne sont que des actes de façade pour faire croire que l'Etat maîtrise la sécurité sur le territoire...

Dans le domaine sécuritaire aussi, être et paraître sont des notions simultanément incompatibles .

 

 

Traités de libre échange transatlantiques: La transparence opaque

Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement, ou Accord économique et commercial global) est un accord commercial entre l’Union européenne (UE) et le Canada.
Le TAFTA (en anglais TTIP Transatlantic Trade and Investment Partnership) est un accord commercial entre l’Union européenne (UE) et les USA.

Les objectifs de ces accords commerciaux internationaux sont nombreux; ils visent
---> à réduire les droits de douane,
---> à faire disparaître les "barrières réglementaires" au commerce,
---> à libéraliser au maximum le commerce entre les Amériques et l'Europe. Les accords permettraient, par exemple, l'entrée en Europe des poulets lavés au chlore, des bœufs nourris aux hormones et des OGM.
---> à "harmoniser" par le bas les droits acquis par le monde du travail, droits vus par les magnats de l'économie comme un obstacle à la poursuite de leurs profits,
---> à donner aux multinationales investissant dans un pays étranger la possibilité de porter plainte contre un État qui adopterait une politique publique contraire à leurs intérêts,
--->
à instaurer une nouvelle juridiction supranationale et privée, pour règler les différends qui naîtraient entre investisseurs privés et États.

Les négociations CETA comme TAFTA, initiées dès avant l'an 2000 ont été menées dans le plus grand secret, entre fonctionnaires de l'UE, du Canada et des Etats Unis sous la houlette des multinationales. Le citoyen, premier concerné par les conséquences de tels accords, en particulier par le contenu de son assiette, est soigneusement tenu à l'écart de ces accords. L'opacité est la règle; le paraître domine toujours l'être.

La culture de l’opacité est une entrave à l’exercice de la démocratie.