Changer de bocal pour
Changer la société


Introduction

Avant propos

Ce site est le résultat d'analyse et de réflexion permanentes. Son contenu est donc susceptible d'évoluer au fil du temps. Il est destiné à s'enrichir de nouvelles pages et de nouveaux sujets. Les idées qui y sont développées sont appelées à s'affiner; des paragraphes pourront être remodelés, disparaître ou être remplacés... Il faudra y voir, comme dans les vins de garde, les signes d'une bonification.
Bonnes lectures.

 

Pourquoi ce titre: changer de bocal?

Les poissons, à l'état naturel, vivent en liberté et en symbiose avec leur milieu aquatique, heureux comme des poissons dans l'eau. Les poissons rouges sont, eux, des animaux capturés dont on a restreint l'espace aux parois d'un bocal et dont l'environnement entièrement artificiel est sous la seule volonté de l'homme devenu leur maître. L'idée du titre changer de bocal vient de l'observation des similitudes troublantes entre les poissons dans un aquarium et l'homme dans la société aujourd'hui.

Une fois "bocalisés" les poissons rouges n'ont plus aucun pouvoir sur leur milieu ni sur leur devenir. Pour changer d'eau ils doivent attendre la seule appréciation et le bon vouloir du maître. Parfois, la régénération de leur oxygène ainsi que les phases jour/nuit est entièrement robotisée. Pour leur nourriture ils n'ont plus besoin de la chercher, de chasser, ni même de la mériter... mais en échange ils dépendent entièrement du bon vouloir du maître qui détermine la qualité et les quantités. Si le maître le juge utile, le poisson rouge bénéficie de la présence d'un compagnon; et si par chance les deux sont de sexes différents ils pourront tenter de se reproduire... en vase clos.

Quand ils ont fait le tour du bocal il ne leur reste qu'à entamer un tour suivant, puis un autre, encore et encore. Parfois, pour varier un peu, ils font subitement demi-tour pour tourner dans l'autre sens. C'est le changement! Mais tous les poissons ne sont pas logés au même bocal. Certains bénéficient d'un espace plus grand, parfois avec un environnement de plantes, artificielles ou vivantes, illuminées ou pas, suivant l'épaisseur du porte monnaie du maître.

Bref, la vie des poissons rouges (ou d'une autre couleur de peau) ressemble à celle des humains dans leur société civilisée, conditionnée et policée pour vivre dans "le meilleur des mondes". Les humains sont eux aussi réduits à des machines à consommer. Leurs maîtres - un petit groupe - leur distribuent des aliments hormonés, pesticidés, de plus en plus OGMisés. Et comme les humains sont tout de même un peu plus qu'un animal - ils ont un cerveau plus développé que celui du poisson rouge - la machine médiatique les alimente en news et divertissements aromatisés aux soporifiques.

Finalement, et toute proportion gardée, il y a assez peu de différence entre le poisson rouge dans "son" bocal et l'homme dans "sa" société. L'humain comme le poisson n'ont, pour changer leur destin, d'autre solution que de tenter de sortir de leur bocal. Peut-être même devront-ils casser le bocal pour reconstruire un autre cadre de vie.

C'est tout le sens de ce titre: Changer de bocal


Démocratie?

On nous rebat les oreilles - principalement en période électorale - avec les mots Liberté, Responsabilité, République, Civisme et Démocratie. De la même manière qu'un rabâchage omniprésent avait réussi à nous faire croire en une religion, nous avons fini par croire que nous vivons réellement en démocratie. Démocratie signifie que chacun détient une parcelle de pouvoir pour décider de la conduite de notre société. Mais quel pouvoir détenons-nous réellement?

Nous nous sommes laissés convaincre que cette parcelle de pouvoir résidait dans le bulletin de vote qu'on nous demande, par civisme, de glisser périodiquement dans une urne électorale. Nous commençons tout juste à comprendre que cette parcelle de pouvoir n'est qu'une illusion, une véritable arnaque même! Cette lente et difficile prise de conscience se traduit par un taux d'abstention de plus en plus fort aux élections: Plus de 57% aux législatives de 2017.

Nous prenons petit à petit conscience que nous ne sommes pas en démocratie réelle mais dans une fausse démocratie. Nous commençons à comprendre que la démocratie ce n'est pas la liberté pour certains de faire n'importe quoi en ne se préoccupant que de leur seul intérêt. Pourtant c'est ce que fait une poignée de riches qui tirent les ficelles et les fruits de la société de consommation. Nous commençons à comprendre que ce sont les plus désavantagés qui payent les avantages de cette classe dominante et que c'est cette ultra minorité qui détient tous les pouvoirs.

Nous n'en n'avions pas conscience parce que nous nous satisfaisions de l'opulence de la société de consommation. Nous nous apercevons petit à petit que les produits de consommation n'ont pas que des aspects positifs. La recherche du profit maximum entraîne la dégradation de la qualité au détriment de notre santé. Nous nous apercevons même que les profiteurs arrivent à nous faire acheter plein de produits sans intérêt, tout en dégradant notre environnement et notre planète.

Nous avons maintenant à faire progresser la prise de conscience:

  • que nous vivons dans une société loin d'être idéale, malgré le vernis de démocratie, et malgré le confort de la société de consommation,
  • que la démocratie doit être autre chose qu'un simple bulletin de délégation de pouvoir à glisser dans une urne tous les 5 ans,
  • et que, ensemble, nous pouvons faire évoluer cette société.

Attention aussi à rester très vigilants lorsque nous consultons des écrits ou des sites web qui parlent de démocratie. Ce mot n'est pas toujours utilisé dans un sens qui soit profitable à l'ensemble d'un peuple. Les discours qui y sont tenus ne conduisent pas toujours à un gouvernement par le peuple pour le peuple. Les populistes aussi savent parler de démocratie. Rappelons-nous que la démocratie à la française que nous vivons aujourd'hui, née de la Révolution de 1789, n'a pas été conçue par le peuple qui s'était soulevé, mais par l'aristocratie de l'époque qui a su manoeuvrer pour maintenir ses privilèges sous couvert d'un discours "démocratique" creux, mais pourtant terriblement efficace! Avec beaucoup de pommade on peut habiller les mots pour leur faire dire le quasi contraire de ce qu'ils sont.

Origines des sociétés