Changer de bocal pour
Changer la société

 

La France sous la présidence d'Emmanuel MACRON


1- Chronologie
2- Etat des lieux
3- Premiers pas du nouveau Président
4- 1° gouvernement Philippe
5- Législatives
6- 2° gouvernement Philippe
7- La politique Macron en concret

8- Puisque Macron vous le dit...
9- En Marche: La bulle éclate déjà?
10- Une anonyme en colère

Les élections présidentielles du 7 mai 2017 ont désigné Emmanuel Macron comme 8ème président de la Vème République. Les résultats du scrutin, présentés en % des seuls suffrages exprimés laissent croire qu'il représente 2 Français sur 3. La réalité du terrain est beaucoup moins flatteuse: 43,6% des inscrits est le vrai score. Cette réalité, ajoutée au fait que le nouveau président se déclare ni de droite ni de gauche, risque de rendre sa gouvernance difficile.

 

 

1 - Chronologie, annonces, promesses et réalités

NB: une même couleur de date indique que les sujets sont connexes:
Les affaires
Les choses qui fâchent
Environnement, écologie
Armée
Promesses et réalités

22.02.2017: François Bayrou annonce son ralliement à Emmanuel Macron.

23.04.2017: Emmanuel Macron sort vainqueur médiocre du premier tour des présidentielles avec seulement 19,19% des inscrits.

07.05.2017: Emmanuel Macron est élu Président de la République avec 43,63% des inscrits dont plus de la moitié a voté par défaut et par dépit.

08.05.2017: Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Macron : "Les Français dépensent trop"
Source: La Tribune du 08.05.2017

12.05.2017: François Bayrou se rebiffe contre la République en Marche: La liste des candidats présentés aux législatives ne fait pas assez de place au MODEM.

14.05.2017: Emmanuel Macron est officiellement investi de la fonction de Président de la République. Il remonte les Champs Elysées à bord d'un véhicule militaire afin d'afficher sa proximité avec l'Armée. Deux mois plus tard, le 13.07.2017 il cassera cette image entrant en conflit ouvert avec son chef d'Etat-Major.

21.06.2017: Deuxième gouvernement Philippe avec sortie de Ministres pour conflits d'intérêt et soupçon de détournement de fonds publics pour financer des emplois fictifs: Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez, Sylvie Goulard.

04.07.2017: Edouard Philippe annonce que les mauvaises nouvelles (hausse de la CSG, hausse des impôts) c'est pour tout de suite et que les bonnes nouvelles (Suppression de la taxe d'habitation) ce sera pour la fin du quinquennat. Il est contredit le 10.07 par E. Macron.

06.07.2017: Nicolas Hulot: Les ventes de voitures Diesel et Essence n'auront plus cours en 2040.

06.07.2017: Le Premier ministre confirme l'entrée en vigueur dès 2018 de la hausse de la CSG de 1.7 point.

10.07.2017: Macron, sentant le mécontentement monter (surtout dans le milieu des affaires et de la finance), revient sur les déclarations d'E. Philippe lors de son discours de politique générale. Au risque de décrédibiliser son premier ministre il annonce que les réformes fiscales n'attendront pas la fin du mandat, montrant ainsi que 1- c'est Macron qui décide et 2- qu'il gouverne en fonction de l'opinion.

10.07.2017: Nicolas Hulot se risque à annoncer l'arrêt de 17 réacteurs nucléaires d'ici à 2025.

13.07.2017: Le parlement signe un chèque en blanc à Macron en autorisant (en première lecture) le chef de l'Etat à légiférer par ordonnances par un vote à 270 voix pour et 30 contre.

13.07.2017: Suite à l'annonce de nouvelles missions pour l'Armée (dont le service national obligatoire) assorties de contraintes budgétaires, Emmanuel Macron recadre sévèrement - publiquement et devant ses troupes ! - le chef d'état-major Pierre de Villiers : "Je suis votre chef!"
Autrement dit: silence dans les rangs! ...

14.07.2017: Donald Trup est l'invité d'honneur de Macron. Ils assistent côte à côte au défilé militaire, puis dînent dans un restaurant étoilé de la Tour Eiffel.

17.07.2017: La taxe d'habitation ne sera finalement allégée pour 80% des Français que de 1/3 en 2018, 2/3 en 2019 et 100% en 2020.
Les collectivités territoriales sont "invitées" par le Président de la République à réduire leurs dépenses de 13 milliards sur le quinquennat (au lieu des 10 milliards initialement prévus). Pour le premier ministre ce régime minceur est "indiscutable".

19.07.2017: Crise ouverte entre E. Macron et l'Armée: Le général ***** Pierre de Villiers démissionne de son poste de chef d'état-major. Il est aussitôt remplacé par le général François Lecointre.

Le 14 juillet E. Macron défilait aux côtés du général de Villiers qui montre un visage crispé.

24.07.2017: Des membres de La République en Marche contestent le manque de démocratie interne du mouvement, se constituent en collectif "Démocratie en Marche" et engagent une procédure en référé devant le tribunal de Créteil. « Les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporter et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale », dénonce le communiqué du collectif. Voir la source.

28.07.2017: En plein débat parlementaire sur la moralisation de la vie politique, la ministre du travail Murielle Pénicaud, ancienne DRH de Danone, est fustigée pour avoir touché plus d’un million d’euros de plus-value en vendant, le 30 avril 2013, des stock-options gonflées par l'annonce de la suppression d’environ 900 postes managériaux et administratifs.
Cette même personne était déjà au coeur d'une information judiciaire ouverte pour favoritisme dans l'organisation de la désormais fameuse soirée à Las Vegas pour Macron, le 6 janvier 2016.

29.07.2017: Moralisation de la vie politique: Pour être député, ministre ou élu local, il ne sera pas nécessaire d'avoir un casier judiciaire vierge, contrairement à la promesse majeure du candidat Macron. Est-ce pour protéger de futur(e)s mis(e)s en examen?
Les emplois familiaux sont interdits mais la loi est restreinte aux parents au premier degré. La loi ne dit rien sur les emplois fictifs... Pourtant c'est l'emploi fictif qui est majeur par rapport à l'emploi familial.

29.07.2017: Le gouvernement annonce une baisse des APL de 5 euros par mois applicable dès le 1er octobre à tous les bénéficiaires sans distinction.

02.08.2017: le parlement a définitivement adopté la loi habilitant le gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le code du travail.

24.08.2017: Macron: "La France n’est pas un pays réformable […] Beaucoup ont essayé et n’y ont pas réussi, car les Français détestent les réformes"
Réponse de Philippe Martinez N°1 de la CGT: "Ce n’est pas la première fois que le président de la République considère les Français comme des imbéciles". Précisant aussitôt que les Français ne refusent que les mauvaises réformes.

25.08.2017: Macron lors d'un point de presse à Varna (Bulgarie) au dernier jour d'une tournée en Europe de l'Est pour rallier des soutiens à une réforme de la directive sur les travailleurs détachés: "La Pologne n'est en rien ce qui définit le cap de l'Europe [...] Le peuple polonais mérite mieux que cela et la Première ministre aura beaucoup de mal à expliquer qu'il est bon de mal payer les Polonais".
Réponse de la première ministre polonaise Beata Szydlo: "Peut-être ses déclarations arrogantes sont-elles dues à son manque d'expérience et de pratique politique..." et un peu plus loin "Je conseille à monsieur le président qu'il s'occupe des affaires de son pays..."

27.08.2017: Quatre mois après son élection triomphale, Emmanuel Macron est désormais un président minoritaire. Selon le baromètre Ifop-JDD, le chef de l’Etat perd 14 points en un mois : seuls 40% des Français se déclarent satisfaits de son action, et 57% se déclarent mécontents (dont 20% "très mécontents"). Cette chute très abrupte prolonge celle du mois dernier (-10 points en juillet) pour aboutir à un effondrement de 24 points sans précédent:

 

24.09.2017: Sénatoriales 2017: Défaite cinglante de La République en Marche qui perd 5 sièges et ne compte plus que 24 sénateurs. La vague macroniste n'a pas déferlé sur le Sénat comme sur l'Assemblée nationale en juin.

28.09.2017: Selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro les deux tiers des Français (65%) estiment que le premier budget Macron-Philippe est "injuste". Seulement 34% des personnes interrogées le trouvent "juste".

15.10.2017: Première interview télévisée accordée aux français après les multiples interviews accordées à la presse étrangère. Comme prévu Macron défend ses choix de droite faits pour les riches mais son discours ne contient rien de nouveau sinon beaucoup de temps d'interview passé à expliquer son vocabulaire.

20.10.2017: La suppression de l'Impôt sur la Fortune (ISF) et son remplacement par l'Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) a été définitivement adoptée par 77 voix dont beaucoup de voix LR.


Mais où sont donc (déjà) passés plus de 80% des députés LREM?

En 2016, l'ISF avait rapporté près de 5 milliards d'euros à l'État. Cette réforme va entraîner un manque à gagner de 3,2 milliards. Devinez qui va payer?

28.10.2017: L'Assemblée Nationale adopte l'obligation de 11 vaccins au lieu de 3 chez les nouveaux nés.
Suppression de l'obligation pour les médecins d'appliquer le tiers payant.

07.11.2017: Nicolas Hulot fait marche arrière sur les fermetures de centrales nucléaires. La part du nucléaire dans la production d'électricité en France ne passera pas de 72% actuellement à 50% d'ici 2025, mais plutôt vers 2035.

10.11.2017: Les 2/3 des ministres sont des inconnus pour les Français selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro.

18.11.2017: Christophe Castaner, porte parole du gouvernement est "adopté" comme chef par LREM sur "proposition" d'Emmanuel Macron.

20.11.2017: L'assemblée rétablit le jour de carence pour les fonctionnaires. Ce jour de carence (le premier jour d'absence pour maladie n'est pas rémunéré), avait été créé au 1er janvier 2012 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, puis supprimé à partir du 1er janvier 2014, sous celle de François Hollande. Officiellement censée être un moyen de lutter contre l'absentéisme, cette mesure est plutôt une mesure d'économie budgétaire qui doit rapporter 170 millions € à l'Etat.

24.11.2017: Troisième gouvernement Philippe après un mini remaniement dont le principal but était de rendre le cumul des fonctions de Castaner (plus ou moins) compatible avec la philosophie annoncée par Monsieur Macron d'un "nouveau monde politique" .
Or Castaner reste secrétaire d'état chargé des relations avec le parlement, donc représentant de l'exécutif, tout en étant le chef du parti majoritaire LREM, ce qui constitue une double entorse à la philosophie Macron puisque
1- Castaner cumule les mandats
2- Le parti LREM et le Parlement sont ainsi soumis à la férule du gouvernement, et plus précisément à celle du Président.

 

2 - Etat des lieux du début de mandat

Un président "faiblement" élu = faible légitimité

Une majorité absolue à l'Assemblée = absence de débats

Mais abstention record = risque de débat dans la rue

Des députés majoritaires mais inexpérimentés

Un gouvernement, pourtant promis irréprochable, connait ses premières "affaires" dès le premier mois de son existence.

 

Une élection en trompe l'oeil

Premier tour 23/04/2017
Source: Ministère de l'intérieur.

en % des inscrits
en % des exprimés
Inscrits (nombre)
47 582 183
Votants
77,77
Blancs
1,39
Nuls
0,61
Exprimés
75,77
Abstentions
22,23
 
Abstentions + Blancs + Nuls
24,22
 
MACRON
18,19
24,01
LE PEN
16,14
21,30
FILLON
15,16
20,01
MELENCHON
14,84
19,58
HAMON
4,82
6,36
DUPONT-AIGNAN
3,56
4,70
LASSALLE
0,91
1,21
POUTOU
0,83
1,09
ASSELINEAU
0,70
0,92
ARTHAUD
0,49
0,64
CHEMINADE
0,14
0,18

 

Remarque N°1: Emmanuel Macron arrivé en tête avec seulement 18,19% n'a pas mobilisé 1 Français sur 5.

Remarque N°2: La France est désormais divisée en 5 blocs inconciliables:
1- Les insatisfaits (Abstentionnistes + Blancs et nuls): 24,22%, largement majoritaires soit près de 1 personne sur 4.
2- La nouvelle droite d'Emmanuel Macron: 18,19%
3- l'extrême droite de Marine Le Pen: 16,14%

4- L'ancienne droite de François Fillon: 15,16%
5- La nouvelle gauche de Jean-Luc Mélenchon: 14,84%

Remarque N°3: Les partis traditionnels ne sont plus considérés comme les porteurs d'espoir politique: PS et LR sont en voie de décomposition.

Remarque N°4: La bourse fait un bond de +4% dès le jour suivant le premier tour (Les banques caracolent à +10% !!!) ce qui montre que Macron inspire confiance à la sphère de l'ARGENT. Logique puisque M. Macron est un pur produit de la finance.

Deuxième tour 07/05/2017
Source: Ministère de l'intérieur.

en % des inscrits
en % des exprimés
Inscrits (nombre)
47 568 588
Votants
74,56
Blancs
6,35
Nuls
2,21
Exprimés
66,01
Abstentions
25,44
 
Abstentions + Blancs + Nuls
34,00
 
MACRON
43,63
66,10
LE PEN
22,38
33,90

 

Remarque N°1: Les insatisfaits (Abstentionnistes + Blancs et nuls) représentent maintenant plus du tiers de la population.

Remarque N°2: L'abstention ne contribue aucunement à favoriser l'extrême droite. En effet, les reports de voix pour Marine Le Pen au second tour viennent d'abord des électeurs de Dupont-Aignan qui s'est rallié à elle. Ils viennent ensuite d'une bonne moitié des électeurs de Fillon, puis d'une part des électeurs de tous les autres candidats. Ces seuls reports auraient dû se traduire par un gain bien supérieur à 6% des inscrits. Ce ne sont donc pas les abstentionnistes qui ont participé à ce très faible report.

Pendant ce temps, Macron bénéficie d'un report de +25% et les insatisfaits (Abstentionnistes + Blancs et nuls) font un bond de +10%. C'est une réfutation éclatante de la rumeur tenace qui prétend que l'abstention favorise les extrêmes.

Remarque N°3: Le second tour confirme qu'Emmanuel Macron ne représente qu'une partie très minoritaire des Français.
---> Car le score de 43,63% des inscrits est encore loin d'une majorité de 51%
---> De ce score il convient encore de retirer tous les votes qui ne sont, au second tour, que des votes par défaut et par dépit et non des votes par adhésion.
---> Au bout du compte Emmanuel Macron ne représente que 25% des Français, tout juste autant que les abstentionnistes, ...sans compter les blancs et nuls!

Remarque N°4: D'après Franceinfo les non inscrits sur les listes électorales sont 3 millions mais ne sont comptés nulle part. Voilà encore 6% supplémentaires de la population qui sont laissés-pour-compte.

Remarque N°5: De ce qui précède on en déduit aisément 1- que M. Macron est très loin d'être l'icône représentative de la vraie France et 2- qu'il aura toutes les peines du monde à gouverner.

 

 

3 - Premiers pas du nouveau président

15.05.2017: nomination du premier ministre Edouard Philippe, homme conforme à la philosophie Macron: un peu de la gauche oubliée de Rocard, beaucoup de la droite libérale LR, juppéiste, Député Maire du Havre, avocat, 46 ans, ex-directeur des affaires publiques chez AREVA de 2007 à 2010. Objectif de Macron: Fracturer la droite et espérer un ralliement des ténors de LR vers En Marche pour les prochaines législatives.

15.05.2017: Rencontre avec Madame Merkel.
La presse Allemande considère Macron comme "une chance pour la pérennité de l'Europe dans le contexte immédiat du Brexit" mais ironise aussitôt en l'analysant comme "un ami qui risque de nous coûter cher".

Macron hyperprésident

Traditionnellement, un premier ministre nouvellement nommé prononce une déclaration de politique générale devant l'Assemblée Nationale pour présenter le programme du gouvernement. Cette déclaration était simultanément lue devant les sénateurs.
Devançant le premier ministre, le président Macron décide de convoquer le parlement (Assemblée + Sénat) à Versailles pour un discours destiné à cadrer l'action du gouvernement.
Nous entrons dans une ère d'hyperprésidentialité.

L'hyperprésidentialité se manifeste à nouveau le 13.07.2017 avec le recadrage public du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers et le caporalesque et burlesque "Je suis votre chef!" adressé à l'Armée tout entière.

Un vent de fronde se lève, fin juillet, au sein même du mouvement En Marche. Une trentaine de marcheurs considérant que « Les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporter et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale » se constituent en collectif pour contester, jusque devant le Tribunal de Grande Instance de Créteil, le manque de démocratie interne.

Promesses, réalités et ... déceptions

Les premières mesures concrètes du Gouvernement consistent à raboter de 5 €/mois les APL de 6,5 millions de personnes, à réduire le nombre des contrats aidés et à augmenter la CSG pendant qu'on libéralise l'ISF pour une poignée de nantis: Dès la ligne de départ, les pauvres paient les cadeaux faits aux riches!

Moralisation de la vie politique: Le 29.07.2017 l'Assemblée a voté une "certaine loi de moralisation" mais dont le contenu est très loin de l'annonce du candidat Macron: l'interdiction de l'emploi familial par les parlementaires est limitée aux parents au premier degré: conjoint, enfants, parents, fratrie. Il n'est plus exigé de casier judiciaire vierge pour être candidat aux élections...

40% d'opinions favorables après 4 mois de pouvoir
Les réseaux sociaux t
émoignent de la déception d'avoir voté Macron et LREM. Fin août 2017 "Jupiter" dégringole de son nuage céleste: Les Français ne sont plus que 40% à se déclarer satisfaits de son action. Voir Sondage IFOP.

Les maires et les élus locaux protestent contre la politique budgétaire imposée par Macron: amputation de leurs recettes (taxe d'habitation) et économies de 15 milliards à réaliser. En signe de protestation et pour sensibiliser leurs administrés, un certain nombre de maires ont décidé, début octobre 2017, d'une journée "Mairie morte".

 

Ordonnances sur le Code du Travail:

La loi dite "El Kohmri" était une loi déjà initiée par le ministre Macron. Elle a rencontré une très forte opposition populaire et n'est passée que par l'utilisation du 49.3. Le président Macron veut aller encore plus loin: remodeler le Code du Travail pour rendre les conditions de licenciement plus flexibles afin, dit-il, de favoriser la création d'emploi.

Le Code du Travail a été conçu pour protéger les travailleurs, pas pour créer des emplois. Son assouplissement ne peut que desservir les travailleurs. Le plafonnage des indemnités de licenciement prud'hommales est certes une mesure favorable à l'employeur. Mais en quoi ce nouveau cadeau au patronat est-il générateur d'emploi? Les deux plus grandes causes du chômage sont 1- le recul de l'industrie et la robotisation des tâches manufacturières, et 2- la saturation de la consommation.

Le 02.08.2017 le parlement a définitivement adopté la loi habilitant le gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le code du travail. Dévoilées le 31.08.2017 elles signent le démantèlement massif des acquis sociaux consignés dans le Code du Travail:

  • Dans les entreprises de moins de 50 salariés les patrons pourront désormais se passer des syndicats. Pour faire valoir leurs droits les salariés ne pourront plus compter que sur eux-mêmes.
  • Le patron pourra licencier, en toute impunité, sans cause réelle et sérieuse, les indemnités seront même plafonnées par la loi Macron.
  • Conséquence: Le Conseil des Prud'hommes, qui n'aura donc plus à juger des abus, est appelé à disparaître.
  • Les licenciements collectifs pour motif économique seront désormais possibles, au gré du patron, même si l'entreprise fait des bénéfices.

Comme prévu les organisations patronales se déclarent très satisfaites de leur contenu:

  • Le Medef salue "une première étape importante dans la construction d'un droit du travail plus en phase avec la réalité quotidienne des entreprises". La terminologie "une première étape" signifie qu'il en veut encore plus!
  • L'Union des entreprises de proximité (U2P) s'est déclarée "pleinement satisfaite" et se félicite "du message très fort, du message d'espoir" en faveur des chefs d'entreprise.
  • La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) François a salué "des ordonnances particulièrement pragmatiques, qui collent à la réalité du terrain".

Il s'agit d'une régression historique du droit du travail: La loi ne primera plus sur les "accords" d'entreprise, renouvellement sans fin des CDD, fin du compte pénibilité...

Les organisations syndicales réformistes F.O. et CFDT notamment, se montrent plutôt satisfaites des ordonnances. Elles se contentent de regretter la perte de leur prérogative "d'interlocuteur obligatoire" dans les petites entreprises et s'accomodent fort bien de leur perte de pouvoir dans les négociations salariales. Seule la CGT a appellé à manifester le 12 septembre 2017.

Cependant la base des syndicats réformistes conteste cette non-réaction, contestation qui obligera, fin septembre, la direction de F.O. à revoir sa "collaboration" aux ordonnances Macron. Début octobre c'est la base de la CFDT qui enjoint à sa direction d'appeler à durcir le ton.

Parallèle à faire entre syndicats et pouvoir politique:

Aujourd'hui, les uns comme l'autre ne sont représentatifs que d'une minorité. Et pourtant ce sont bien les représentants de ces minorités qui nous gouvernent et qui sont sensés défendre le petit peuple.

Les conséquences des ordonnances se mesureront à l'aune de l'évolution du chômage.

35% d'opinions favorables après 6 mois de pouvoir
Selon le sondage Harris interactive publié le 4 novembre 2017 seulement 35% des Français se disent satisfaits de la politique d'E. Macron.

 

4 - Premier gouvernement Philippe

Un gouvernement ultralibéral avec un premier ministre et un ministre de l'économie - Bruno Le Maire - issus du parti des Républicains.

Un gouvernement explosif: Un premier ministre pro nucléaire et un ministre de l'écologie - Nicolas Hulot - qui veut la fermeture de Fessenheim.

Une parité Hommes-Femmes virtuelle: Si la parité est respectée en nombre, ce n'est pas le cas en responsabilité. Les ministères clés: intérieur, Economie, Europe et Affaires Etrangères, Justice, Education Nationale, Agriculture et Alimentation sont tenus par des hommes.

La moitié du gouvernement est non élu: Les 11 membres de la société civile n'ont jamais exercé de mandat électif.

 

5 - Elections législatives

Les élections législatives suivent l'élection présidentielle et la nomination du gouvernement avec comme objectif de profiter de l'état d'esprit de l'électorat afin de donner au président nouvellement élu et à son gouvernement une majorité de députés favorables.

En vue de ces législatives, Emmanuel Macron lance un recrutement de 577 candidats (autant que de circonscriptions) qui seront investis de l'étiquette "La République En Marche". Une première liste de 428 candidats est publiée le 12.05.2017. Elle s'accompagne de quelques couacs qui témoignent d'un certain amateurisme et des premiers écarts aux promesses de campagne présidentielle:

  • Fronde de l'allié Bayrou qui n'obtient que le tiers des "promesses" de campagne en terme de candidats estampillés Modem.
  • Gaspard Gantzer, conseiller de François Hollande, candidat parachuté à Rennes provoque un tollé; il renonce à se présenter le jour même de son investiture, attestant n'avoir jamais postulé!
  • Une place de suppléante pour Tiphaine Auzières, la plus jeune fille de Brigitte Macron dans la 4° circonscription du Pas-de-Calais: Déjà oublié le NON aux passe-droits familiaux?

Résultats:

1er tour:

Source: Ministère de l'intérieur
en % des inscrits
en % des exprimés
Abstentions
51,29%
Blancs et nuls
1,08%
La République en Marche
13,43%
28,21%
Les Républicains
7,51%
15,77%
Front National
6,29%
13,20%
La France Insoumise
5,25%
11,02%
Parti Socialiste
3,54%
7,44%

La vraie vague annoncée, et diffusée en boucle depuis plusieurs semaines sur tous les media, n'est pas la vague Macron mais la vague des abstentions. La vraie réalité est que les partisans de Macron ne sont que 13,43% et que 87% des Français (abstentions + tous les autres votes) rejettent le plan Macron. seconde réalité: 51% des Français (les abstentionnistes) rejettent le système électoral.

Le système électoral permet l'aberration que La République en Marche puisse disposer d'une majorité écrasante au Parlement alors même que LREM ne peut se prévaloir que du soutien de 13,43% des Français seulement!!!!!!!!

2ème tour:
Source: Ministère de l'intérieur
en % des inscrits
en % des exprimés
Nb d'élus
Abstentions
57,36%
Blancs et nuls
4,20%
La République en Marche
16,55%
43,06%
306
Les Républicains
8,54%
22,23%
112
MoDem
2,33%
6,06%
42
Parti Socialiste
2,18%
5,68%
30
La France Insoumise
1,87%
4,86%
17
Front National
3,36%
8,75%
8

1: Le débat démocratique à l'Assemblée Nationale sera tué puisqu'il n'y aura sur les bancs de l'Assemblée que des supporters du gouvernement, pour la plupart inexpérimentés, qui risquent donc le suivisme "godillot".
Premier exemple: l'élection (à l'unanimité -2 abstentions) de Richard Ferrand comme chef de file du groupe LREM à l'Assemblée, malgré sa mise en cause dans une affaire immobilière.

2: Un taux d'abstention record. 61,56% des Français rejettent l'offre politique. Avec un rejet aussi massif, il sera désormais impossible de continuer à entendre que les abstentionnistes n'ont rien à dire.

3: Compte tenu du sabordage des acquis sociaux prévus au programme Macron, le vrai débat va immanquablement se déplacer dans la rue, avec tous les risques que cela comporte... Il y a fort à parier que "l'état d'urgence" doive très bientôt se transformer en "état de siège".

4: Les élections législatives sont présentées comme démocratiques. La répartition des sièges montre le contraire puisqu'il n'existe aucune proportionnalité entre les voix de chaque camp et le nombre de leurs représentants à l'Assemblée Nationale:

Source: Ministère de l'intérieur
en % des inscrits
Nb d'élus
Elus en % des inscrits
Abstentions
57,36%
0
0%
Blancs et nuls
4,20%
0
0%
La République en Marche
16,55%
306
53,4%
Les Républicains
8,54%
112
19,5%
MoDem
2,33%
42
7,3%
Parti Socialiste
2,18%
30
5,2%
La France Insoumise
1,87%
17
2,9%
Front National
3,36%
8
1,4%
Divers
3,6%
58
10,1%
Totaux (sans les outremers)
100%
573
100%

 

6 - Second gouvernement Philippe

Les éphémères du premier gouvernement:

On se souvient que l'annonce du premier gouvernement avait été différée de 24 heures, officiellement pour le temps de vérifier que la moralité de tous les ministres était aussi blanche que la neige fraîche. Il a suffi de quelques jours pour que la moralité de Richard Ferrand, ministre de la cohésion des territoires, soit mise en cause dans une affaire immobilière. Légale clame t-on côté gouvernement! Peut-être, mais moralement il y a cependant conflit d'intérêts. Par ailleurs, si l'argent en question n'est pas "de l'argent public" au sens d'argent de l'Etat - auquel chacun cotise -, il n'en reste pas moins qu'il s'agit de l'argent des mutualistes des "Mutuelles de Bretagne" et non d'un quelconque argent privé d'un agent immobilier. Source: France TV Info.

On peut lire sur leur site que "Les Mutuelles de Bretagne, [...c'est] 350 salariés, [...et] plus de 100 ans de militantisme social et d'engagements dans le domaine de la santé : ce secteur ne doit jamais devenir une marchandise." La vidéo de présentation a été très récemment rendue privée ...

A la suite des législatives, Richard Ferrand est (officieusement) débarqué pour être "recyclé" vers la présidence du groupe LREM à l'Assemblée Nationale.

Dans la foulée François Bayrou, garde des sceaux, ministre de la justice soupçonné d'avoir couvert des emplois fictifs est contraint de démissionner, officiellement pour protéger le gouvernement. Comble de l'ironie: Il venait juste de proposer un projet de loi destiné à moraliser la vie publique !

La très autoritaire Marielle de Sarnez, ministre des affaires européennes, lui emboîte le pas pour prendre la tête du groupe MoDem à l'Assemblée nationale.

Sylvie Goulard, ministre des armées démissionne pour les mêmes soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires pour le compte du Modem.

Nouveau gouvernement:

Les "experts" remplacent les dinosaures et les vieux briscards de la politique. La plupart est issue de la haute administration. Ils seront:

  • Plus faciles à manoeuvrer car plus techniques que tactitiens politiques.
  • Plus proches du pouvoir économique et des lobbies que du peuple.

Il est inutile d'espérer qu'ils prennent en compte les souhaits de la base ni qu'ils rendent des comptes de leurs actes. Ce n'est eux qui vont démocratiser la "Res Publica", qui vont intéresser le citoyen à la gestion de la "chose publique", à la République, à la politique et à l'Etat.

 

7 - La politique Macron en concret

Désengagement de l'Etat: dénationalisations déguisées pour financer le budget national

Fusion Siemens-Alstom: Le fleuron TGV passe sous contrôle allemand. Le conseil d’administration de onze membres sera dominé par Siemens, qui en désignera six, dont le président. l’Etat français, actuellement actionnaire à 20 % au capital d’Alstom n’entrera pas au capital de la future entreprise.

Fusion Chantiers navals STX-Fincantieri: L'Italie prend le contrôle de STX après une drôle de "magouille". Après avoir fait semblant de défendre l'industrie française - et l'emploi qui va avec - en "nationalisant temporairement" (sic) les chantiers STX de St Nazaire, l'état français actionnaire de STX à hauteur de 33,4% donne son accord, deux mois après seulement, pour une fusion avec le groupe italien Fincantieri. Pour continuer à faire semblant de garder le contrôle avec un actionnariat franco-italien à 50-50, la France prêtera (re-sic) 1% du capital à l'Italie pour que Fincantieri ait malgré tout la majorité, donc tout pouvoir de décision sur l'avenir de STX. Mais si l’Etat français reprenait ce 1%, Fincantieri pourra exiger que l’Etat français rachète sa part de 50%. On croit rêver...

Premier projet de budget Macron-Philippe: un budget très à droite taillé pour les riches

  • L'ISF (rebaptisé IFI: Impôt sur la Fortune Immobilière) ne concerne plus que les fortunes immobilières: Un cadeau de 3,2 milliards d'euros aux très riches.
    • 60% des foyers auparavant soumis à l'ISF seront désormais exonérés.
    • sont désormais exclus de l'ISF: les placements, assurances vie, les actions, les yachts, les jets privés et autres chevaux de course ...
    • reste taxable seulement le patrimoine immobilier supérieur à 1,3 millions d'euros mais... les 800.000 premiers euros sont exonérés!
  • Hausse du budget de la défense de 1,8 milliards d’euros en 2018.
    Le prix que les Français devront payer pour tenter d'effacer les effets désastreux du caprice du Président: "Je suis votre chef..."
  • Suppression des emplois aidés.
  • Suppression de 5 €/mois d'APL aux défavorisés et 50 à 60 €/mois aux familles logées en HLM.
  • Hausse de la CSG pour les retraités.
  • Hausse de 10% des taxes sur le diésel.
  • Augmentation du forfait hospitalier (restant à la charge des malades)

Une question sur toutes les lèvres: "Pourquoi un "nettoyage" par le bas au lieu d'un commencement par le haut ?"

La bascule consistant à augmenter de 1,7% la CSG sur les salaires en contrepartie de la suppression (-3,15%) des cotisations salariales sur la famille et le chômage va bien augmenter le gain des salariés. Mais cette mesure ne profitera que de 263 € par an pour un salarié au smic alors qu'elle rapportera 1 000 € annuels à un salarié payé 5 000 €. De plus, la hausse de la CSG interviendra dès le 1.01.2018 alors que la baisse des cotisations ne sera que progressive... C'est ce qu'on appelle poliment prendre les gens pour des ...

Selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour franceinfo et Le Figaro les deux tiers des Français (65%) estiment que le premier budget Macron-Philippe est "injuste". Seulement 34% des personnes interrogées le trouvent "juste".

Propagande et intox: Le président Macron fait beaucoup d'annonces pour justifier sa politique faite pour les riches. Selon le journal "Libération" du 16.10.2017, pour faire passer les réformes fiscales du gouvernement, il a parfois un peu triché. Voir l'excellent dossier Intox - Désintox.

Pétition: Par ailleurs, plus de cent parlementaires ont signé l'appel lancé par "Libération" pour que le gouvernement publie le document évaluant l'impact de sa politique fiscale et budgétaire en faveur des Français les plus aisés. Voir ici.

Macron est bien de droite! (pour ceux qui en doutaient encore)
La politique menée par Macron est bien de droite. C'est Carla Bruni, l'épouse de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, qui l'affirme dans un entretien avec le quotidien italien Corriere della Sera: "Le nouveau gouvernement et le nouveau président sont proches de mon mari, ils lui demandent des conseils comme on le fait à des parrains".

Au bout de 6 mois: 2/3 des ministres sont inconnus du public ! Aucun ne recueille 50% de jugements positifs !!!
Les 2/3 des ministres sont des inconnus pour les Français selon un sondage Odoxa Dentsu-Consulting réalisé pour franceinfo et Le Figaro et publié le 10.11.2017.
Toujours d'après ce sondage 22% seulement des sondés ont une bonne opinion des membres du gouvernement. Aucun des 19 membres du gouvernement présentés aux sondés ne recueille plus de 50% de jugements positifs. Seuls trois parmi eux dépassent les 40% de bonnes opinions. Seuls cinq ministres dépassent les 30% de jugements positifs.

 

8 - Puisque Macron nous le dit...

Des bretonnes illettrées chez GAD. 17 septembre 2014: Macron, ministre des finances, au sujet des difficultés économiques des abattoirs GAD: "Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées..."

Travailler pour un costard. 27 mai 2016: Macron, ministre des finances, en déplacement à Lunel (Héraut), à l'adresse de deux hommes qui l'interpellent dans la rue à propos de la loi travail: "Vous n'allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard c'est de travailler!"

Des gens qui ne sont rien. 29 juin 2017: Macron, président de la République, lors de l'inauguration de la Station F, campus géant dédié aux start-up : "Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien".

Les fainéants. 08 septembre 2017: Macron, président de la République, en visite à Athènes: "Je ne céderai rien [...] aux fainéants".

Au lieu de foutre le bordel. 04 octobre 2017: Macron, président de la République, en visite en Corrèze s'exprime au sujet des salariés de GM&S restés sur le carreau suite à la reprise très partielle de leur entreprise et qui sont venus bruyamment attirer son attention: "Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes". Alain Rousset, président de région lui répond par une petite leçon de morale: "On ne règle pas le problème d'une manière forcée".
Vidéo sur BFMTV

Patientez 2 ans... 15 octobre 2017: Emmanuel Macron donne sa première interview télévisée aux Français. "La plénitude des réformes [et leurs effets sur le chômage] vous les verrez dans un an et demi, deux ans". Pendant ce temps

  • les riches empochent les bénéfices de "l'allègement" de l'ISF,
  • les patrons bénéficient de "l'allègement" des droits des salariés et
  • les plus démunis ne bénéficient que du mépris. Pas n'importe quel mépris cependant: un mépris éthymologiquement expliqué, signifiant dans le langage populaire qu'il s'agit, en fait... de considération!

On s'attendait à ce que les préoccupations d'un Président de la République qui se veut "branché et communicant" soient autres que des préoccupations de sémantique et d'explication de vocabulaire. En effet

  • soit il utilise des mots populaires à bon escient et, s'il les assume, il n'a pas à perdre de temps avec leur explication ultérieure,
  • soit il ne les utilise pas et il n'y a alors aucun besoin de les expliquer.
  • La vraie question n'est d'ailleurs pas de savoir si les mots "fainéant" ou "bordel" ... choquent mais plutôt de savoir ce que ces mots veulent dire dans la bouche d'un Président.

 

9 - En Marche: La bulle éclate déjà!

Déjà, le 24.07.2017 des membres de La République en Marche contestaient le manque de démocratie interne du mouvement, et se constituaient en collectif pour engager une procédure en référé devant le tribunal de Créteil au motif que "les statuts proposés cantonnent les adhérents à un rôle de supporter et les excluent de la gouvernance, aussi bien locale que nationale".

A la veille du premier congrès LREM prévu le 18 novembre 2017 à Lyon, une centaine de marcheurs, dont des élus, vont quitter le jeune parti, estimant que "les nouveaux statuts ne permettent ni la liberté d'opinion, ni une critique interne du pouvoir contre ses propres abus". Ils ont publié une tribune dans laquelle ils dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti. Ils ne supportent pas que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres partis, les adhérents de LREM ne sont pas appelés à voter. Les dirigeants seront désignés par un panel d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort. Il n’y a qu’un seul candidat au poste de délégué général: Christophe Castaner, imposé par Emmanuel Macron.

Et de conclure:
"Les 100 citoyens que nous sommes, indépendants, libres, militants des droits de l'Homme, partisans de la démocratie ne peuvent pas continuer au sein d'un mouvement ou parti sans ligne politique qui n'a pas su s'appuyer sur les piliers de la démocratie et qui a nié avec arrogance et mépris l'intelligence du peuple".

Voir le texte intégral de leur lettre

 

10 - Un billet d'humeur inspiré par une chanson de Renaud

"Hey Manu, rentre chez toi , y a des larmes plein ta bière.... "

"Toi Manu, qui te dis président de tous les Français, tu n'as pas de larme dans ta bière, mais du mépris dans toutes tes phrases: "ceux qui ne sont rien, fainéants, ceux qui foutent le bordel et qui n'ont qu'à aller chercher du travail ailleurs...."
Mais tu crois quoi Manu?
Tu crois que quand tu as trimé toute une vie pour 1200€ par mois pour te payer une petite bicoque , c'est facile de tout quitter pour aller trouver du travail ailleurs?
Mais d'où tu sors, Manu?
Tu as déjà cherché du travail, toi?
Tu as déjà cherché un logement, toi?

Tu as déjà abandonné ta famille pour aller travailler ailleurs, toi?
Tu t'es déjà demandé le 15 du mois comment tu allais faire pour mettre à manger dans l'assiette de tes enfants, toi?
Tu as déjà fait 150 kms pour aller bosser dans une voiture qui a 10 ans parce que tu n'as pas les moyens pour t'en payer une neuve et que tu pries pour qu'elle ne te lâche pas sur la route, toi?
T'es au courant qu'il y a des gens qui bossent comme des chiens dans des usines, qui se lèvent le matin à l'aube, qui font les 3X8 , qui sont dehors pour travailler qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige ou qu'il fasse 40° à l'ombre?
T'es au courant que des retraités retournent au travail parce qu'ils n'arrivent pas à vivre?
T'es au courant que les étudiants ne trouvent pas un premier emploi parce que l'école est déconnectée de la réalité?
Mais d'où tu viens, toi? de Mars?
T'es encore plus méprisant que le petit Nicolas, et franchement j'ai du mal à croire que c'était possible.
Limite, je regrette la maladresse de François devant les grands de ce monde, son côté bisounours, ses petites phrases à côté de la plaque... mais jamais il n'a été méchant avec son peuple. Alors que toi, t'es méchant Manu, tu es né avec une cuillère en argent dans la bouche et tu viens donner des leçons aux gens qui triment pour boucler leur fin de mois.
Moi à ta place, j'aurais honte, j'irais me cacher au fond d'un trou, je présenterais des excuses publiques aux infos de TF1 (pas France 2 hein, toi tu préfères les riches)
Mais toi, non, t'es droit dans tes bottes. Enfin tes bottes... je m'entends, tes chaussures à bouts pointus à 600€ la chaussure......
Tu crois que "ceux qui ne sont rien" aiment trimer comme des cons pour se faire assassiner par les impôts pendant que tu fais des cadeaux à ceux qui paient l'ISF?
Tu crois que ceux qui font grève sont contents de perdre leur salaire pour défendre leur gagne-pain?
Et puis tant qu'on y est, t'as qu'à interdire le droit de manifester, t'es plus à ça près avec tes lois liberticides .....
Vas y Manu, enfonce le clou, après tout, tu as été élu par les "fainéants, ceux qui foutent le bordel et qui ne sont rien", mais tu n'es pas le président des Français, t'es le robin des bois des riches, tu prends aux pauvres pour engraisser tes potes du CAC40 !

Anonyme

Haut de page